Atelier KCS

Collectif d'auteurs de bande dessinée de Lyon.


Petit compte-rendu Blésois !

Le week-end dernier, nous étions quelques-uns (Martinez-Salsedo-Jérôme, Anne-Claire, Virginie et moi-même) en représentation commerciale au festival de Blois... Par chance, j'avais mon appareil photo et donc voilà hop, je vous colle un petit compte rendu pour toutes ceusses et celles qu'ont pas pu nous accompagner et c'est pas de chance...


D'abord on fait du train et donc on en profite pour récupérer un peu des heures de sommeil en retard... Salsedo étant le plus à la bourre à ce niveau là puisque pour une heure de dodo ratée, il lui en faut cinq ou six pour compenser je crois.


Là-bas on retrouve des copains qu'on aime bien... Vous remarquerez comment ceux qui ont un vrai talent de scénariste se tiennent bien comme il faut à table (Peyraud et Olivier Ka) alors que les gribouilleurs (Jérôme et Alfred) se tiennent voutés avec les mains sur les roubignolles. Etrange...

On a aussi retrouvé Kris le breton qui peut siffler sans mettre les doigts dans la bouche et Serge Pellé le forgeron tourangeau qui est du genre plutôt excité-nerveux-qui-bouge-tout-le-temps c'est pour ça qu'il est flou sur la photo.


Cette image se passe de commentaire, tellement elle confirme encore une fois que la prestance et la grâce naturelle n'appartiennent qu'à une certaine classe d'artistes...


Cette image aussi se passe de commentaire, tellement elle confirme encore une fois que la prestance et la grâce naturelle n'appartiennent qu'à une certaine classe d'artistes...


La bouffe était moitié bonne et moitié pas terrible mais la partie pas terrible pouvait aussi être recyclée en oeuvre de l'esprit ce qui compense un peu.


Vous remarquerez au passage que chez un auteur de BD, l'esprit se situe plus dans le cul que dans la tête... C'est scientifiquement prouvé par l'étude de centaines de milliers de nappes en papier.


Cette image, à défaut de respirer l'intelligence, fleure bon le bonheur de vivre. C'est déjà pas mal.


Si des mots comme "succès insolent" ou "star de l'art séquentiel" vous échappent, l'image ci-dessus devrait vous éclairer.


Serge le charpentier hyper-actif s'est proposé pour réaliser en direct et sans filet une magnifique fresque spatialo-fantastique. Ce panneau est destiné à décorer les murs de la prison locale d'après ce que j'ai compris. Mais ne peux m'empêcher de penser que le dessin d'une gonzesse à poil aurait certainement eu plus de succès qu'une caravane de vaisseaux spatiaux !


Sinon, Fred et moi, on s'est un peu fait piéger par Corbeyran qui a voulu qu'on participe au traditionnel match de foot du dimanche matin... Étant un grand sportif aux capacités musculaires impressionnantes, j'étais plutôt enthousiaste... Par contre, Fred s'est demandé toute la matinée par quel sortilège étrange il s'était laissé embarqué dans cette connerie. Il a surtout fait la gueule en découvrant qu'on nous avait réservé les maillots de l'équipe des Q de la quincaillerie Blésoise !


Ici l'ami Sylvain (un des grands gourous du festioual). Il était coach de l'équipe des membres de l'organisation du festival pendant le match. Armé comme un républicain du Texas, il abattait tout élément de son équipe qui montrait des signes de faiblesse.


Le match s'est conclu sur un score de de 4 buts partout. On a un peu merdé sur la fin parce qu'on a fait l'erreur d'accepter une deuxième mi-temps alors qu'on menait 3-1 à la fin de la première !


Ici c'est Corbeyran qui fait sa première attaque cardiaque. Il en a fait 6 ou 7 dans la journée je crois je sais plus. Mois j'en ai fait que trois. Il doit être plus vieux que moi je pense.


Pour le voyage du retour on avait besoin de rester groupés pour l'indispensable débriefing du week end. On a eu beau parcourir tout le train d'un bout à l'autre, nous n'avons eu d'autre choix que de tenir conférence entre deux wagons, debout comme des réfugiés clandestins... Salsedo n'a pas bien supporté la marche-dans-les-wagons-qui-tanguent et il a du se concentrer quelques minutes pour éviter de voir ses boyaux lui sortir par les trous du nez.


Néannmoins, même pour les autres, deux heures debout, ça déforme le visage... Certainement un des effets de la gravité qui doit être sur-activée par l'effet giratoire des roues du train. Si je dis une connerie, faites semblant d'avoir compris merci.


Ici Nicolas Otero et Martinez lisent ensemble et tout haut pour que tout le train en profite l'intégralité de l'article dithyrambique que la Tribune de Lyon a consacré cette semaine à l'atelier KCS... Un moment historique.


On est arrivés à Paris et comme Batist n'a pas le même train que nous pour rentrer sur Lyon, on lui dit au revoir tendrement...


Au revoir !

Ciao bye bye !!!

1 Responses to “Petit compte-rendu Blésois !”

  1. # Blogger hardoc

    Ah AH AH ! Qu'il est bon de rire.
    Merci Olivier. Ainsi qu'à vous autres , acteurs soucieux de leur image.
    Cela fait du bien à voir.
    Hardoc.  

Enregistrer un commentaire



© 2006 Atelier KCS | Blogger Templates by GeckoandFly.
No part of the content or the blog may be reproduced without prior written permission.